thoracotomie

petite encyclopédie de l'urgence

Luxation antérieure de l’épaule

luxation épaule

luxation gléno-humérale antérieure droite

Généralement suite à une chute sur la main, coude en extension, plutôt qu’un traumatisme direct sur le moignon de l’épaule.
La plus courante est la luxation antérieure dont on décrit des variétés en fonction de la localisation de la tête humérale par rapport à l’apophyse coracoïde de l’omoplate

Suite à ce déplacement la tête humérale ne peut aller bien loin, le bras n’est donc pas raccourci, mais il est totalement impotent, bloqué en abduction, incapable d’effectuer une élévation ou des rotations. Sur les patients maigres, le deltoïde a perdu son galbe, on voit un vide à la place normale de la tête humérale sous l’acromion de l’omoplate, et une saillie vers le muscle pectoral.

Il faut dès ce stade vérifier qu’il n’y a pas de troubles vasculaires jusqu’à la main (ce qui est exceptionnel) et pas de troubles neurologique surtout sensitifs de la région du moignon de l’épaule (ce qui arrive parfois). Une hypoesthésie de cette région traduit une lésion du nerf circonflexe qui cravate l’extrémité supérieure de l’humérus (lésion alors pré-existante ou concomittante du traumatisme, à noter avant de pratiquer la moindre réduction). Il n’y a pas d’ecchymose normalement.
Le type de fracture et les lésions associées sont données par la radiographie de face.

Il y a plusieurs méthodes de réduction qui seront décrites ultérieurement, l’important est d’en connaître au moins deux pour varier en cas d’échec, mais il vaut mieux ne pas s’obstiner, ne jamais réduire en force, source de contracture réflexe chez le patient et de lésions supplémentaires.
On peut réduire sans anesthésie (mais l’analgésie, le calme et une attitude rassurante sont des atouts de poids) dans certaines luxations simples, celles récidivantes (les patients arrivant parfois à se les réduire eux-même, mais par pitié éviter la technique de "L’arme fatale"). Le protoxyde d’azote est utile, mais ne suffit pas toujours, et parfois il n’y a pas d’autre solution que l’anesthésie générale.
On immobilise toujours l’épaule après par une écharpe contre-écharpe. Le délai est discuté : 6 semaines chez un sujet de moins de 30 ans, 3 semaines au-delà (à cause des risques de capsulite rétractile) puis rééducation.
Les luxations récidivantes sont immobilisées moins longtemps mais il faudra prendre un avis orthopédique pour discuter une stabilisation en fonction du nombre de récidives.

Les fractures-luxations doivent faire redoubler de prudence dans leur prise en charge. Les fractures de la grande tubérosité (trochiter) ou de la petite (trochin) sont des fractures qui seront fixées après réduction orthopédique de la luxation si le fragment ne se repositionne pas correctement (ce qui risque d’arriver avec le trochiter sur lequel s’insèrent le tendon du muscle sus-épineux).
La fracture au col chirurgical avec luxation de la tête, est une fracture compliquée avant tout, elle se fixe chirurgicalement, mais un gros déplacement de la tête implique une rupture des vaisseaux nourriciers, elle risque d’entrainer une nécrose secondaire osseuse.

Les lésions associées :

Les luxations antérieure peut s’accompagner d’une encoche traumatique laissées par le bords de la glène de l’omoplate, encoche de Malgaigne ou lésion de Hill Sachs.

L’omoplate peut être lésée avec une fracture de l’apophyse coracoïde au cours des luxations antérieures, en général sauf gros déplacement il n’y a pas de geste propre à réaliser. La cavité glénoïde peut être fracturée, ce qui ne se voit pas toujours (bony Bankart lesion) et est un facteur de risque de récidives.
Après 40 ans on peut voir rupture de coiffe des rotateurs, désinsertion du sous-scapulaire, luxation du chef long du biceps, l’avulsion du ligament gléno-huméral …

Un diagnostic différentiel : dans la radiographie suivante il n’y a pas de luxation mais un espace gléno-huméral plus important lié à un hématome ou plutôt une lipohémarthrose sur fracture de la tête humérale :

-

Exposé intéressant sur réduction de luxation antérieure avec anesthésie locale intra-articulaire sous écho et contrôle écho post-réduction et malheureusement radio de contrôle aussi …

-

Sources et références :

Shoulder dislocation et Anterior shoulder dislocation, Radiopaedia

Radiopaedia : , Hill Sachs lesion , Bankart lesion , Anterior glenolabral injuries , Humeral avulsion of the gleno-humeral ligament

Extrait de l’atlas du traité des fratcures et luxations de Malgaigne : luxations scapulo-humérales

L’épaule "lâche", maitrise orthopédique

Instabilité antérieure de l’épaule, maitrise orthopedique

Techniques de stabilisation arthroscopique Hill-Sachs, maitrise orthopedique

Butée Bankart sous arthroscopie, maitrise orthopedique

-

Voir aussi sur le site :

Réduction de luxation antérieure de l’épaule

Luxation postérieure de l’épaule

Fracture de la tête humérale

Disjonction acromio-claviculaire

Fracture de l’omoplate

-

About these ads

2 commentaires sur “Luxation antérieure de l’épaule

  1. GdA
    mai 12, 2011

    Intéressant résumé.
    Nous voyons plusieurs dizaines de luxations antérieures par an dans notre activité de médecins de montagne. Rarement une luxation postérieure. Jamais vu d’érecta pour l’instant.
    Effectivement, la réduction n’est pas toujours facile. Chaque année, on en "rate" 2 ou 3 malgré le protoxyde d’azote, les antalgiques et éventuellement le midazolam.
    Par contre, après réduction d’une luxation antérieure avec fracture associée du tubercule majeur (trochiter) il est exceptionnel que la réduction de la luxation n’entraine pas ipso facto une réduction satisfaisante de la fracture du trochiter (dans notre expérience).
    Merci pour ce rappel et à quand un article sur les techniques de réduction ? nous sommes intéressés.

    • thoracotomie
      mai 19, 2011

      Merci pour votre commentaire. Je n’ai pas l’expérience personnelle de ces fractures associées du trochiter mais de discussion avec des orthopédistes, il me semble bien qu’elle peut gêner la réduction non sanglante (par interposition du tendon du long biceps) ou tout simplement ne pas être parfaitement réduite et éventuellement nécessiter une fixation.
      Pour le sujet sur les réductions, comme pour beaucoup de posts plus thérapeutiques, je les ferai dès que j’ai de bons visuels pour pouvoir illustrer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le mai 4, 2011 par dans Traumatismes du membre supérieur, Traumatologie, et est taguée , , , , , , , , .

twitter

Pinterest

Africa | 'Gla' mask

John Singer Sargent,

Amazing  Rare minera

Plus de photos