thoracotomie

petite encyclopédie de l'urgence

Fracture de Pouteau Colles

fracture Pouteau Colles

déformation en dos de fourchette au cours d’une fracture de l’extrémité inférieur du radius droit type fracture de Pouteau Colles

Pour le lecteur pressé :

  • La fracture est une « valeur sûre » en traumatologie : patient âgé ostéoporotique, jeune sportif, toute personne qui chute et qui aura pour réflexe de se rattraper sur la main
  • La dénomination classique de fracture de Colles est celle d’une fracture purement extra-articulaire et déplacée avec aspect typique du dos de fourchette
  • Les possibilités de traitement sont vastes : réduction puis immobilisation ou chirurgie avec broches

La fracture de l’extrémité inférieure des os de l’avant-bras est fréquente, sa variété la plus connue est appelée fracture de Pouteau et Colles. Ce n’est plus forcément la plus rencontrée, pour deux raisons.
La première c’est que cette fracture purement extra-articulaire, décrite chez le sujet âgé, n’est pas la seule observable, en effet on rencontre beaucoup de fractures avec trait de refend articulaire voire comminutive en cas d’ostéoporose avancée.

La seconde c’est que les sports sont pourvoyeurs de fractures de l’extrémité distale de l’avant-bras chez les patients jeunes avec parfois de grands déplacements fracturaires.

Le mecanisme de cette fracture est la réception sur la paume de la main suite à une chute, souvent simplement de la hauteur du patient, bras tendu, main en extension.

Diagnostic

Le diagnostic est assez facile, le poignet est impotent, douloureux, déformé (d’autant plus chez un patient âgé sous anticoagulants) réalisant ce qu’on appelle le « dos de fourchette ». Le signe de Laugier, pathognomonique de cette fracture (c’est à dire très spécifique) est une horizontalisation voire une inversion de la ligne bistyloïdienne … Je m’explique.

Les extrémités inférieures du radius et du cubitus (ou ulna dans la nouvelle nomenclature anatomique) présentent de petites saillies osseuses appelées processus ou apophyses styloïdes (en forme de pointe). Anatomiquement l’apophyse styloïde du radius descend plus bas que celle du cubitus. Dans cette fracture, le fragment inférieur du radius passe en arrière de l’axe du radius et bascule dans le plan frontal, rendant artificiellement sa styloïde plus haute que celle du cubitus. C’est plus parlant sur une radiographie du poignet de face et de profil pour apprécier le déplacement et la présence ou non d’un autre trait de fracture se dirigeant vers l’interligne articulaire du poignet.

Cette fracture est donc extra-articulaire (pour l’articulation radio-carpienne) classiquement, mais elle est associée à une luxation de l’articulation radio-cubitale inférieure. Mais sur le plan thérapeutique cette luxation est traitée lors de la réduction et stabilisation de la fracture radiale.

fracture de Pouteau Colles déplacée

fracture de Pouteau Colles très déplacée avec visualisation nette du dos de fourchette

fracture de Pouteau Colles, lignes et repères pour évaluer le déplacement

Diagnostic différentiel

Traitement

Le traitement peut être orthopédique, mais puisqu’il s’agit d’une fracture déplacée il faut la réduire sous anesthésie. L’anesthésie locale dans le foyer de fracture peut être tentée mais à réserver aux situations précaires, il s’agira plus souvent d’une anesthésie locorégionale (éventuellement générale).
Le fragment correctement repositionné, on peu appliquer un plâtre d’immobilisation pour une durée de six semaines, sous couvert de vérifier régulièrement qu’il n’y ait pas de déplacements secondaires. C’est souvent un BABP (plâtre brachio-antébrachiopalmaire prenant le poignet et le coude, pour 3 semaines puis pour les 3 restantes on peut faire simplement une manchette ne prenant que le poignet).

Dans beaucoup de cas, on aura recours au traitement chirurgical qui est peu invasif, puisqu’il consiste en un brochage (selon technique de Kapandji) du fragment fracturé réduit, les broches de Kirschner empalant ce fragment dans le reste de l’os radial. Généralement, 2 voire 3 broches suffisent à stabiliser le montage.
Un plâtre est toujours appliqué ensuite, qui peut être une simple manchette pour une durée de six semaines.
Les broches vont souvent se déplacer, parfois en ressortant des petites incisions cutanées, mais les complications infectieuses sous plâtre sont exceptionnelles.

Les complications les plus pénibles sont l’absence de consolidation à la date prévue, la pseudarthrose (au niveau de la fracture le nouveau tissu formé n’est pas de l’os, mais un tissu fibreux mou), et la raideur de l’articulation du poignet. Dans les premiers cas il faut envisager de poursuivre l’immobilisation voire de réintervenir. Dans le second, c’est la rééducation qui a son rôle à jouer.

Références

Fracture de Pouteau Colles, Inforadiologie

Colles’s fracture , Radiopaedia

Distal Fractures of the Radius , Wrist Fracture in Emergency Medicine , Distal Radial Fracture Imaging , Management of Forearm Fractures in Adults Reviewed , Medscape

Distal radius fracture , AOFoundation

Médias

Publicités

Quelque chose à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s