thoracotomie

petite encyclopédie de l'urgence

Le traumatisme facial du roi Henri II

Henri II roi France

Henri II roi de France (1519-1559)

Henri II est le second fils de François Ier et l’héritier légitime après la mort de son frère en 1536. Il montera sur le trône à la mort de son père en 1547. Il s’inscrit dans la continuité politique de François Ier et de la Renaissance, et protectrice des Arts. Sur le plan belliqueux il maintient une certaine puissance de la France en s’opposant aux autres puissances d’Europe, notamment l’empire de Charles Quint. Sur le plan religieux, il n’arrivera pas à maintenir les tensions et les guerres de religion éclateront après sa mort.

En parlant de mort, la plupart des puissants depuis le Moyen Age meurent de vieillesse, de maladie, d’empoisonnement (très en vogue pour rêgler les différents politiques), mais rarement de morts violentes. Pourquoi ?
Parce que pour mourir à la guerre, il faut aller faire la guerre, or envoyer le roi guerroyer, si cela peut avoir un certain panache, c’est prendre bêtement le risque de perdre le chef suprème des armées dans la bataille. Parce que les attentats ne sont pas encore très bien orchestrés (on utilise la poudre et les armes à feu que depuis peu de temps). Parce que les assassinats sont difficiles à réaliser quand l’entourage et la garde rapprochée veillent au grain. Hormis les accidents de chasse, finalement il reste peu d’occasion de mourir de cause traumatique quand on est roi.

C’est pourtant ce qui va arriver au pauvre Henri II. Et ce au cours d’un jeu, prenant les apparats de la guerre mais créé pour le divertissement des puissants de l’époque.

Le 30 juin 1559, une joute est organisée à Paris pour célébrer le mariage de la fille d’Henri, Elisabeth avec Philippe II d’Espagne. Ceci sert surtout à commémorer la signature d’un traité de paix qui met fin aux guerres d’Italie.
Il affronte pendant le tournoi Gabriel de Montgommery, le capitaine de sa garde écossaisse. Il n’y a pas d’inquiétude particulière, Henri est vaillant bien qu’âgé de 44 ans à l’époque, il est décrit dans une forme éblouissante, d’excellente condition physique et rompu aux pratiques sportives. Le seul augure funeste, c’est une prédiction astrologique qu’on rapport à Nostradamus sous forme de vers quelque peu obscures (et qui interprétés a posteriori ne sont guère plus lumineux) mais qui était pessismiste quant à un avenir long et radieux pour Henri.
La «petite» histoire rapporte aussi qu’assistait à ce tournoi, Diane de Poitiers, maîtresse du roi et éprise de Gabriel également. Nous avons peut être là un mobile (même si cela paraît peu probable qu’un officier bien traité ait voulu tuer son suzerain pour une histoire de coeur).

Le but de la joute c’est de désarçonner le cavalier arrivant à toute allure en face de vous en placant sa lance suffisamment adroitement pour le déséquilibrer et le faire chuter de cheval. Les participants sont protégés par une armure et portent un bouclier. En théorie, un casque aussi, mais il est possible que pour une joute faisant participant des célébrités (et parce que les têtes couronnées, on osait pas trop les malmener) il n’y ait pas eu de casque obligatoire.
Malheureusement Gabriel vise beaucoup trop haut et sa lance frappe le roi en plein visage. Aussitôt on se porte au secours du roi, la première description « Un gros éclat de bois frappa le front au-dessous du sourcil droit et, déchirant la chair, vient s’enfoncer dans un coin de l’oeil gauche; plusieurs fragments percèrent l’oeil même; l’os frontal ne fût pas touché». Ce qui décrit un traumatisme latéral pouvant épargner les structures osseuses en dessous, et qui est très peu probable compte tendu de la rencontre frontale des chevaliers.

Les éclats sont d’une taille impressionnante, le plus grand est de 9 cm. L’extraction a dû être épouvantable pour le blessé, les premiers remèdes montrent les lacunes de l’époque concernant les soins des traumatisés (lavage au blanc d’oeuf, potion de rhubarbe et camomille, …).

Ambroise Paré sera appelé pour proposer un traitement plus radical mais devant l’étendue des dégâts même le père de la chirurgie est désemparé. Vésale étant aussi au chevet d’Henri, ils discutèrent d’une trépanation qu’ils n’eurent pas le temps de réaliser, mais rien ne permet de dire que ce geste eut amené quelque amélioration.

Les descriptions successives témoignent d’un état septique avancé, avec persistance d’une hémorragie par la plaie mais aussi et c’est plus curieux de rectorragies, qui même dans une hypothèse de choc septique d’origine polymicrobienne ne s’explique pas vraiment (la description a posteriori a t elle été dramatisée ?).

Pendant 10 jours, Henri va souffrir abominablement avec le développement probable d’une cellulite orbitaire (l’oeil est il crevé ou pas, de toutes façons l’infection va s’installer très vite), d’une méningite post-traumatique (le toit de l’orbite étant fin, c’est tout à fait possible), peut être même de tetanos vu la description compatible avec un opisthotonos «spasmes et attraction et une extension monstrueuse et hideuse des pieds et des mains, donnant signes évidents de la véhémence du mal».

Il meurt le 10 juillet 1559.
Etait ce un accident, un meurtre passionnel ou un complot politique ? Nous ne le saurons jamais.

Sources :
Histoire de la médecine, Bruno Halioua, Abrégés Masson

Wikipedia, article Henri II 

Lire aussi sur le site : Ambroise Paré

Advertisements

4 commentaires sur “Le traumatisme facial du roi Henri II

  1. siouperpaille
    3 août 2012

    Chouette article et chouette rubrique, juste une petite coquille dans la date à la fin 😉

    • thoracotomie
      3 août 2012

      Non non, j’ai vérifié, la date c’est bien 1959. Une agonie de 400 ans …

  2. Jax (@jaxsail)
    28 mai 2014

    Je ne connaissais pas les circonstances exactes telles que tu les décrits, intéressant !
    As-tu des infos sur la légende selon laquelle Paré aurait reproduit le traumatisme sur des condamnés afin de trouver la meilleure manière de retirer les morceaux de bois ?

    • Tom O'Graphy
      29 mai 2014

      Je l’ai lu, j’ai lu aussi que c’était peu vraisemblable mais plutôt pour renforcer le côté gore de l’histoire

Quelque chose à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s