thoracotomie

petite encyclopédie de l'urgence

Traumatisme sonore aigu

traumatisme sonore

Casque de protection sonore à usage militaire

Mis à jour le 21/06/2014

Il s’agit de l’exposition à des sons de volume élevé, violents, le plus souvent par impulsions brèves et ce de façon inhabituelle. Ils sont fréquents, sont difficiles à prendre en charge et laissent des séquelles définitives. Le son est une onde, le bruit la propagation d’une onde de pression. Les lésions touchent l’oreille interne et font partie des otopathies pressionnelles.

Le traumatisme sonore est cependant différent de la lésion de blast au niveau auriculaire (onde de choc), du barotraumatisme (exposition lente), et de la surdité professionnelle (exposition répétée ou continue).

C’est une situation fréquemment rencontrée en médecine militaire où la prise en charge est assez bien codifiée. Moins en pratique civile où la consultation pour ce symptôme risque d’être tardive.

Physiopathologie

Les lésions intéressent principalement des neurones spécialisés dans la réception auditive au niveau de l’oreille interne qui ne se renouvellent pas.

L’échantillonnage des sons tolérable pour l’oreille humaine se trouve entre 0 et 90 décibels. Entre 90 et 110 décibels, la zone est dangereuse et potentiellement lésionnelle pour l’oreille ceci correspond à des bruits de concert intense. Au delà de 110 dB, on retrouve des bruits particulièrement violents type tir d’arme à feu et avion à réaction. Pour l’anecdote le record du concert de rock le plus bruyant a été homologué dans le livre Guiness des records pour un concert des Who, au Charlton Athletic Football Ground, en 1976, mesuré à 126 dB. Il semble probable qu’il ait été battu régulièrement depuis. Rappelons qu’à ce propos leur leader Pete Townshend souffre depuis très longtemps d’une hypoacousie consécutive selon l’histoire du groupe à une explosion sur scène de la batterie de Keith Moon (qu’il avait truffé d’explosifs pour un effet scénique percutant …).

La gravité des bruits brefs est liée à l’impossibilité de l’adaptation de l’oreille pour «tamponner» le bruit via le réflexe stapédien.

Diagnostic

Les signes cliniques comportent une hypoacousie voire une surdité brutale, des acouphènes plutôt aigus, une sensation de plénitude de l’oreille, oreille cotonneuse, éventuellement vertiges, céphalées … L’examen recherche une atteinte du tympan (qui est normal dans ce type de pathologie contrairement aux barotraumatismes), une pathologie antérieure ou associée, et met en évidence la surdité de perception.

Le bilan secondaire sera poursuivi en milieu spécialisé. Les examens complémentaires viseront à éliminer une autre cause de surdité de perception, et envisageront un bilan cardiovasculaire et métabolique. L’audiogramme est souvent réalisé à la phase initiale puis contrôlé après traitement.

L’évolution naturelle va vers une récupération mais partielle avec persistance des acouphènes.

Les facteurs de gravité sont la mise en route tardive du traitement > 24h, l’absence de récupération auditive  dans les 2 premiers jours, hypoacousie bilatérale symétrique, atteinte importante des fréquences aiguës, atteinte importante des fréquences graves constatée précocément, persistance des acouphènes dans l’oreille traumatisée ou controlatérale.

Traitement

Le traitement du traumatisme sonore se base au moment du traumatisme sur la mise au repos de l’oreille interne en éloignant rapidement le patient de la zone bruyante.
 Les premiers traitements envisageables sont les corticoïdes et les vasodilatateurs, l’inhalation d’oxygène voire l’oxygénothérapie hyperbare et l’hémodilution.
Au delà de 15 jours les traitements ne permettent plus d’espérer une récupération partielle.
Le premier traitement est souvent commencé par voie intraveineuse (Methylprednisolone 1 à 1,5 mg kg/j, pentoxifylline)) avec un relai per os précoce de corticoïde, vasodilatateur, magnésium seul ou en association. pour en moyenne 8 jours. Le repos auditif est indispensable. Les anxiolytiques parfois utilisés.

La prévention en amont du traumatisme est donc fondamentale et vise surtout l’individu. Elle est fonction de la situation à risque sonore élevé. En milieu civil, il s’agira d’utiliser des casques ou des bouchons d’oreilles dans les conditions de travail bruyants, l’aménagement des locaux afin de diminuer la source sonore. En milieu militaire un soin sera apporté aux conditions du maniement des armes.

Références

Traumatismes sonores, Hôpital Lariboisière

Prévention et prise en charge des traumatismes sonores

Traumatisme sonore aigu : étude des pratiques thérapeutiques et préventives auprès de 111 médecins d’unités , pdf en téléchargement direct

Traumatisme acoustique

Noise induced hearing loss , Medscape

Publicités

Quelque chose à ajouter ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s